Pourquoi quand on ferme le diaphragme, la largeur du champ de vision ne se réduit elle pas ? (page 3)

Pourquoi quand on ferme le diaphragme, la largeur du champ de vision ne se réduit elle pas ? est un fil de discussion ouvert le 3 février 2013 à 09h51 par cocagne, dans la rubrique Questions techniques sur la prise de vue du forum photo Pose partage. Dernier message par Miaz3 il y a 9 années, 1 mois.

cocagne de Montpellier
cocagne - Le 14/10/2013 (modifié il y a 9 années, 1 mois)

Dommage que tu ais pris tes cachets parce que c'était pas mal le coup du marteau piqueur oui pas mal du tout mais bon quand tu les auras digérés j’espère qu'il te resteras encore de beaux neurones comme ceux la.
Et oui une onde ce n'est rien en soit, on ne la mesure, c'est  juste, que en observant ce qu'elle déplace et comment elle le fait.
il n’empêche que dans le cas d'une lumière réfléchie celle ci rebondit dans toutes les directions. et que chaque point de réflexion renvoie sa part de lumière sur tous les points de n'importe quelle surface qu'on lui présente.
EDIT : pas mal ton exemple du son ! On avance.

Je fais de la photo mais je me soigne.

olebreth
olebreth - Le 14/10/2013 (modifié il y a 9 années, 1 mois)

SI j'ai bonne mémoires, les sources de lumières en optique géométrique sont considérées comme étant à l'infini et multi directionnelles. Par soucis de représentation, on ne trace que des rayons en ligne droite sur les lentilles pour être conforme à des milieux homogènes et isotropes.

amicalement

olivier

hamster1er de Unieux
hamster1er - Le 14/10/2013
"ouiouiphoto" a dit :

Pourquoi quand on ferme le diaphragme, la largeur du champ de vision ne se réduit elle pas ?

La bonne question est a mon sens "pourquoi le champs visuel devrait se réduire quand on ferme le diaphragme ? ". Dans un sténopé ce qui va déterminer le champs de vision c'est la distance entre la surface sensible et le trou et pas la grosseur du trou. Même si la lumière réfléchie se réfléchie partout elle ne se propage qu'en ligne droite. Donc seul les droites allant du sujet au trou vont arriver sur la surface sensible. Et donc la taille du trou ne change pas grand chose. 

oui mais si ledit trou est trop gros justement on en arrive à la mélasse que décrit Cocagne le bien aimé non ?

hamster1er de Unieux
hamster1er - Le 14/10/2013
"ouiouiphoto" a dit :
"hamster1er" a dit :
"ouiouiphoto" a dit :

Pourquoi quand on ferme le diaphragme, la largeur du champ de vision ne se réduit elle pas ?

La bonne question est a mon sens "pourquoi le champs visuel devrait se réduire quand on ferme le diaphragme ? ". Dans un sténopé ce qui va déterminer le champs de vision c'est la distance entre la surface sensible et le trou et pas la grosseur du trou. Même si la lumière réfléchie se réfléchie partout elle ne se propage qu'en ligne droite. Donc seul les droites allant du sujet au trou vont arriver sur la surface sensible. Et donc la taille du trou ne change pas grand chose. 

oui mais si ledit trou est trop gros justement on en arrive à la mélasse que décrit Cocagne le bien aimé non ?

Oui mais ca ca n'a rien a voir avec le champs de vision. On est plus dans le domaine de la diffraction je pense 

bah la question générale porte sur le FOV mais la question subsidiaire porte sur son brouillard photographique non ?

Miaz3 de Angoulême
Miaz3 - Le 14/10/2013 (modifié il y a 9 années, 1 mois)

On est plus dans le domaine de la diffraction je pense

Il n'y a pas de lentille de tout manière dans la camera obscura.

hamster1er de Unieux
hamster1er - Le 14/10/2013

beuh ?
la diffraction c'est une phénomène ondulatoire non ?
lentille ou pas, ça change quoi  ?

cocagne de Montpellier
cocagne - Le 14/10/2013 (modifié il y a 9 années, 1 mois)
"olebreth" a dit :

SI j'ai bonne mémoires, les sources de lumières en optique géométrique sont considérées comme étant à l'infini et multi directionnelles. Par soucis de représentation, on ne trace que des rayons en ligne droite sur les lentilles pour être conforme à des milieux homogènes et isotropes.
amicalement
olivier

  • Voila un bon point de départ Olebreth.

Effectivment si par commodité on ne trace que des lignes droites il ne faut surtout pas perde de vue (surtout dans ce domaine de l'optique bon je passe l'humour et moi cela fait deux ) que la lumières est multidirectionnelle et de plus le fait par ondulation
Ouioui suit un raisonnement intéressant, prudent mais intéressant : Si le sténopé fonctionne et cela quelle que soit sa focale c'est justement parce que le trou est petit il y a une inversion de l'image mais c'est un phénomène typiquement optique qui n'est pas à proprement lié à la question originale. mais si l'image est fidèlement reproduite c'est aussi pour les raisons qui expliquent que quelle que soit l'ouverture du diaphragme l'image représentée est de cadre identique

Je n'ai pas le temps maintenant de faire un croquis d'explication mais je suis sur que vous allez trouver.

Un objectif est au fond un sténopé affublé de lentilles conçues pour renvoyer sur la surface sensible l'exacte reproduction mais inversée de ce qu'elle a reçu sur sa surface extérieure, Comme chaque point réfléchi atteint tous points de la lentille extérieure mais pas en même temps en réglant la durée d'expo on effectue une sorte de sélection parmi les différents rayons lumineux qui proviennent d'un même point et iraient couvrir tous les points de la surface sensible si on n' intercalait pas un jeu de lentille qui réceptionne tous ces rayons et les concentre vers un seul point de la surface sensible, on obtient une image si on expose un très court instant car tous ces rayons (qui représentent le même point se cumulent et cumulent leur force qu'il faut donc maîtriser au moyen de la durée d'exposition puis si on rajoute un diaphragme qui opère lui aussi une sélection sur la surface de la lentille. C'est valable pour tous les rayons réfléchis de chaque point de l'objet  seuls les rayons qui passent au cente de la lentille seront reproduits mais quelle que soit le diamètre du diaphragme le mème point de réflexion qui aura produit une infinité de rayons multidirectionnels sera reproduit sur la surface sensible avec plus ou moins d'intensité selon le nombre de rayons qui auront été arrêtés par le disque du diaphragme. A la limite un seul rayon suffirait à reproduire l'objet comme dans le cas du sténopé le point le plus a droite sera reproduit le plus à gauche et inversement.

Une série de croquis serait surement utile, qui veut s'y coller ?

Je fais de la photo mais je me soigne.

patou355 de Limoges
patou355 - Le 14/10/2013 (modifié il y a 9 années, 1 mois)

Le comportement ondulatoire de la lumière devient visible avec un rayon passant dans une fente ou un trou minuscule, dont la largeur est de l'ordre de la longueur d'onde (une fraction de millimètre). En fait, les dimensions de la figure de diffraction sont inversement proportionnelles au diamètre du trou ou à la largeur de la fente.

Ici, on a un diaphragme dont l'ouverture est de l'ordre de plusieurs millimètres à quelques centimètres. Le comportement ondulatoire de la lumière est donc minime. Dans un objectif photo, il devient visible lorsque l'on diaphragme au maximum. Quand on ferme à f/32 (pour un 60 mm comme mon 60 micro Nikkor, ça fait un peu moins de 2 mm d'ouverture absolue), on doit pouvoir commencer à percevoir le comportement ondulatoire de la lumière (enfin je dis ça mais j'ai jamais testé, je l'ai juste lu dans plusieurs revues). Mais le diaphragme a toujours un rayon qui est grand devant la longueur d'onde. On fait donc l'approximation de considérer que la lumière se propage en ligne droite sans être diffractée par le diaph ou par l'entrée du caillou…

Miaz3 de Angoulême
Miaz3 - Le 14/10/2013 (modifié il y a 9 années, 1 mois)

beuh ?
la diffraction c'est une phénomène ondulatoire non ?
lentille ou pas, ça change quoi  ?

Oui tu a raison, mais il me semble qu'avec certaines type lentilles il y a un facteur de transmission (objets diffractants) qui atténue l'onde.
En tout cas Fresnel ça me parle, ensuite il faut approfondir je pense.

Participer à cette discussion